Les chats, les bébés et les enfants !

Être propriétaireNos Conseils Chats

Pour Alban, le fils de Justine, né le 22 août 2012,

Je me souviens, il y a fort longtemps, avoir écrit un article sur les changements de la vie du chat, où j’évoquais l’arrivé du bébé. Aujourd’hui, en apprenant la naissance d’Alban qui vivra entouré de chats, je me suis dit que j’allai développer pour vous les relations chats et bébés mais aussi chats et enfants.

Les chats et les bébés

La principale question que l’on me pose est : mieux vaut-il avoir le bébé avant le chat, ou le contraire ?

Bien sûr la question ne se pose pas toujours, mais quand on le peut, mieux vaut que le chat soit là avant ou en même temps que le bébé.
Avant, le chat sentira la grossesse de sa maitresse, verra les changements d’organisation, de meubles etc… Il aura donc le temps de les assimiler. Il suffira de faire sentir des affaires du bébé au chat, puis, de le laisser venir de lui-même.
Certains mettront plus de temps, d’autres viendront de suite. Chaque chat a besoin de faire les choses à son rythme et à sa façon. En quelques jours le chat(on) veillera sur le bébé, et ne le quittera plus jamais ! Une relation quasi fusionnelle verra le jour sous vos yeux.
Et si on décide que le chat et le bébé arriveront à des dates proches pour qu’ils grandissent ensemble, mieux vaut que le chat arrive dans les jours qui précèdent ou suivent l’arrivée du bébé. En effet, si le chat arrive quelques mois après il peut être perturbé de passer d’un milieu sans enfant à sa nouvelle famille où le bébé est la priorité. Vous me direz qu’il arrive à 1 semaine ou aux 3 mois du bébé qu’est ce que cela change ? Tout ! A une semaine, vous prenez vos repères avec le bébé et le chat, chacun prend sa place. A trois mois vous avez déjà vos repères le chat se sent alors comme un intrus dans la maison. Et un chat qui ne trouve pas sa place de façon naturelle dans un foyer restera toujours un peu distant, mal à l’aise. Mieux vaut donc prendre le chat(on) rapidement ; en étant sur un pied d’égalité et mieux intégré le chat aura vite fait de prendre ses repères et tentera de vous aider à mieux le comprendre. Il fera aussi plus vite la différence avec le bébé, qui sera un compagnon de jeu, et les parents qui joueront le rôle de parents adoptifs automatiquement.

Il sera là aux premiers pas du bébé, et l’accompagnera dans chaque étape de son apprentissage de la vie.

Les chats et les enfants

Dans le cas où le chat arrive quand l’enfant n’est plus un bébé mais qu’il marche déjà, nous parlons ici d’un jeune enfant, il faudra juste faire attention que l’enfant ne fasse pas de mal ou de gestes brusques vers le chat, qui pourrait les lui retourner pour se défendre.

Généralement un chat bien équilibré et correctement sevré socialement, prendra de lui-même ses distances si l’enfant devient trop insistant. Il ne griffera qu’en dernier recours, s’il n’a pas de solutions de replis ou s’il est embêté dans son panier.

Le chat est un nouveau compagnon tout doux qui peut passionner un jeune enfant. Il faut donc faire en sorte que l’un comme l’autre puisse cohabiter sans heurts, en reprenant l’enfant ou le chat quand les choses dégénèrent.

Un bébé grandissant avec un chat (ou un chien) n’aura pas la même attitude, il a grandit avec et il est moins polarisé par l’animal.
Et dans le cas d’un enfant en « âge de raison », les choses vont bien sûr être plus simples. Une explication, quelques règles et tout se passera bien.

Quelles conséquences ?

Voilà pour ce qui est du chat. Je ne suis pas experte en psychologie pédiatrique, bien sûr, mais je peux tout de même vous parler de quelques constatations faites sur les enfants ayant grandit avec un animal, ou sans. Un enfant ayant toujours vécu avec un animal sera plus respectueux des animaux mais aussi de la nature et de ses petits camarades. Il sera plus sociable, mais aussi plus patient, et respectera mieux les consignes données par les professeurs. L’animal apprend la sagesse, la patience et le respect à nos petits ! C’est un bel échange de procédés.
Le chat sera aussi le confident, le copain toujours là, celui qui ne juge jamais sur des apparences ou des résultats. Celui qui peut tout entendre mais ne trahira jamais nos pensées.
Les adultes n’ayant pas eu d’animal de compagnie lorsqu’ils étaient petits reconnaissent que c’est ce point là en priorité qui leur a manqué par rapport aux copains qui avaient des chats ou chiens.

Le chat aura aussi un côté moins contraignants pour l’enfant qui se responsabilisera mieux, sans pour autant devoir sortir par tous les temps comme avec un chien. Le chat est vraiment l’animal de compagnie adapté aux enfants, même jeunes !
Ma fille, qui a grandi entourée d’animaux, avait une petite chatte qu’elle nourrissait tous les soirs, et avec laquelle elle dormait. Vers 10 ans, elle avait en charge la gestion du rappel de vaccin, qu’elle notait consciencieusement sur un calendrier. Et elle ne manquait jamais de me rappeler la date à laquelle je devais aller chez le vétérinaire pour elle !

Que de belles histoires, de belles photos et de magnifiques souvenirs que ceux d’un enfant devenu adulte repensant à son premier chat, mais aussi et surtout, pour les parents témoins de ces moments émouvants et formidables.

Alors, pour ce petit Alban qui vient de venir nous rejoindre sur cette Terre, et qui vivra entouré de chats pendant toute son enfance, et j’espère, sa vie entière, je souhaite beaucoup de bonheur et de superbes souvenirs avec ses compagnons à 4 pattes !

 

Marie-Hélène Bonnet

Marie-Hélène Bonnet est thérapeute comportementaliste du chat et auteure Experte pour Biogance. www.comportement-chat.com

www.comportement-chat.com